Les Arbres Et Feuillages

La végétation fait parie intégrante du paysage rural, sauvage et même du paysage urbain. Sans une habileté élémentaire à dessiner et à peindre des arbres, il est difficile de réaliser des paysages. Il faut apprendre a peindre des arbres pour faire du paysage. Apprendre a peindre des arbres, c’est d’abord de trouver le moyen de reproduire leur forme sans reproduire chaque feuille et chaque branche.

Chaque espèce d’arbre a sa forme particulière. Cette forme est donnée par le réseau complexe de branches et la densité du feuillage. Il n’y a pas de méthode simple pour apprendre à peindre des arbres. Il faut essentiellement observer leur structure c'est-à-dire bien saisir comment les branches se développent, la forme qu’elles adoptent et leur manière de s’étaler en un couvert de feuillage. Observez les arbres en hiver, faites des esquisses de leur tronc et de leurs branches ceci facilite la réalisation d’arbres couverts de feuilles.

Le couvert de feuilles des arbres présente un défi particulier. Tenter de reproduire les feuilles est non seulement fastidieux mais donne rarement de bons résultats. Ici il faut donner l’impression des feuilles comme masse et comme forme. Il faut réussir à transmettre l’impression d’une alternance de teintes qui reproduisent les ombres et la lumière du panache de l’arbre.

La couleur des arbres

Les arbres en été ne sont pas verts ils sont un arc-en-ciel de couleurs oscillant du jaune au bleu en passant par une gamme de verts. A l’automne, la gamme de jaunes et de rouges vient ajouter à la palette d’été.

Le feuillage est une masse qui bloque la lumière. Les contours de sa forme créent une série de masses éclairées et de masses ombrées. Quelle est la couleur de l’ombre? Quelle est la couleur au soleil? Comment le ciel perce-t-il le feuillage?
Observez le tronc, il est rarement brun, ses aspérités vont du gris au noir en passant par toute une gamme de bruns ou de verts-gris. Observez les branches elles apparaissent et disparaissent dans le feuillage, ce ne sont que rarement des branches continues….

Les conifères ont une forme différente et leur couleur est habituellement plus froide et plus sombre. Leur forme est plus régulière et en hauteur, mais ils ne sont jamais symétriques. Ils tranchent sur les feuillus par leur couleur et donne une impresion de jeu de contrastes.

Les bosquets et les masses

Regroupés, les arbres montrent leur caractère individuel et la variété dans les couleurs. La technique de réalisation demeure la même, mais on doit y a jouter la perspective créée par les distances et leur superposition. Près ils sont plus distincts, éloignés ils se fondent comme une masse unique et indistincte où seul la variation des couleurs donne l’impression de diversité.

Les masses d’arbres et les bosquets permettent de donner l’impression de profondeur et de perspective aérienne. En été, sous un couvert d’arbres, en forêt, la distance de vue est très courte, souvent à peine une dizaine de mètres. Lest troncs d’arbres palissent rapidement et s’estompent dans la masse de feuilles. A découvert, dans la plaine et l’hiver, la distance apparaît plus naturelle. A mesure que la distance augmente, la couleur des troncs passe du brun au gris et prend des teintes violacées dans le lointain. Sur une longue distance, la variété tonale disparaît pour se résumer à une masse uniforme qui représente l’ombre ou le contraste sur le ciel ou la prairie. La masse des branches dénudées apparaît au loin comme un petit nuage plus sombre et il est impossible de percevoir les extrémités au delà du corps des plus grosses branches.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License